Concertation : faire comprendre, mobiliser et animer

Fiches à Télécharger

Ateliers de travaux urbains : quand les habitants réinventent leur quartier...

difficulté :

coût :

Plan de concertation des habitants

difficulté :

coût :

Le comité de quartier Nord

difficulté :

coût :

Une ville à croquer, le futur quartier vu par les enfants

difficulté :

coût :

Habitons demain, ateliers de sensibilisation à l'urbanisme durable

difficulté :

coût :

« Géographie subjective » : la ville vue par les habitants

difficulté :

coût :

Comment intégrer les habitants dans la démarche de GUP ? Comment définir le quartier comme un bien commun respecté de tous ? Comment communiquer auprès des différents acteurs pour des actions réussies ?

Une expertise d’usage

Une démarche de GUP implique tacitement par son idée de proximité, d’échange avec les habitants. Premiers utilisateurs des espaces et des services du quartier, c’est sur cette expertise d’usage, indispensable aux acteurs gestionnaires du quartier, que l’échange pourra naître. Dans ce sens, le regard habitant est un pilier nécessaire pour la construction d’un plan d’action GUP.

Définir un bien commun

Cette concertation constitue également un facteur d’appropriation du quartier par les habitants. Elle est souhaitable, avant, pendant et après les transformations, puisqu’elle permet aux habitants de concevoir le quartier comme un bien collectif, partagé pour et par tous. La concertation offre un espace de dialogue entre les habitants, les acteurs locaux et institutionnels. Des problématiques liées au quartier (déchets, déjections canines…) sont mises en discussion. Le respect des équipements et le civisme des habitants s’en trouveront accru alors que l’on donne les conditions de définir un « bien commun ».

Développer la démocratie participative

Cette participation aux instances de vie publique (conseils, comités, groupes de travail…) favorise la citoyenneté des habitants et dynamise le lien social au sein du quartier.

Une démarche de communication

La démarche de concertation doit être accompagnée d’une communication adaptée, pour une bonne compréhension de tous. Plusieurs approches :

  • Les vecteurs de coordination : travail en réseau entre les différents professionnels (réunions…)
  • Les vecteurs de communication institutionnels : plan de communication, maquettes, journaux, multimédia (web, vidéo…)
  • Les vecteurs de communication de proximité : concierge, gardiens, écoles, commerçants… Véritables relais d’opinion, globalement très efficaces, ils peuvent pallier à l’absence d’information ou de communication.
  • Les vecteurs de participation : pour impliquer les habitants dans le diagnostic et l’élaboration des études, vers une connaissance plus fine de leurs besoins et leurs usages (blog, conseil de quartier, témoignage, diagnostic en marchant…)

Pour aller plus loin

Webographie

ADELS

Les publications de l'ADELS relatives à la participation/concertation des habitant

Association « Démocraties participatives »

Etude du centre de ressource Politique de la Ville en Essonne, « Participation des habitants et rénovation urbaine en Essonne », 05/2010
Téléchargeable sur le site

Fiche ressource ANRU « Impliquer les habitants »

Bibliographie

Yves Sintomer, Gestion de proximité et démocratie participative : les nouveaux paradigmes de l’action publique ? (en coll. avec M.H. Bacqué et H. Rey), La Découverte, coll. Recherches, Paris, 2005 Jean Pierre Gaudin, La démocratie participative, Armand Colin, Paris, 2007
Loïc Blondiaux, Le Nouvel esprit de la démocratie. Actualité de la démocratie participative, La République des idées, Seuil, 2008